Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les entreprises fédérales veulent faire office de modèles en matière de politique énergétique. Par leur utilisation durable des ressources, CFF, Poste, Swisscom et skyguide prouvent que le "tournant énergétique et l'abandon du nucléaire sont réalisables", selon Doris Leuthard.

La conseillère fédérale, entourée des quatre directeurs généraux, a vanté lundi le rôle de pionnier des entreprises liées à la Confédération. A terme, leurs efforts seront payants au vu de l'augmentation des prix de l'énergie, a-t-elle déclaré lundi lors d'une conférence de presse à Berne.

Pour relever le défi, les CFF ont décidé que le courant de traction proviendrait à 100% d'énergies renouvelables d'ici 2025. Actuellement, trois quarts proviennent déjà de la force hydraulique, les CFF possédant leurs propres centrales, a expliqué le directeur Andreas Meyer.

Un programme d'économies d'énergie en place depuis 2008 a permis de réduire la consommation de 145 GWh. Le but est de comprimer encore la consommation de 600 GWh d'ici 2020, a assuré M.Meyer.

Scooters verts

La Poste a mis en place un train de mesures censé diminuer les émissions annuelles de CO2 de 15'000 tonnes d'ici la fin 2013, a précisé son directeur Jürg Bucher. D'ici 2016, l'ensemble du parc de scooters du géant jaune fonctionnera à l'électricité. Car Postal élargit sa flotte de véhicules hybrides, tandis que les bâtiments postaux seront équipés d'installations photovoltaïques.

Le but est de couvrir 3% des besoins en électricité de la Poste, avec 40 millions d'investissements à la clé.

Chez Swisscom, le but est d'accroître l'efficacité énergétique de 20% d'ici à 2015 par rapport à 2010, a indiqué le CEO Carsten Schloter. Le principal opérateur téléphonique du pays couvre 100% de ses besoins en électricité grâce à des sources d'énergie renouvelable.

Quant aux services de navigation aérienne skyguide, ils aspirent à réduire leurs besoins d'un cinquième d'ici 2018, notamment par l'intégration des deux centres de contrôle de Genève et Dübendorf (ZH).

ATS