Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Petroplus a entamé le processus de vente de la raffinerie de Petit-Couronne, non loin de Rouen. Le groupe zougois examine également les alternatives stratégiques pour les sites de Cressier (NE) et Anvers, y compris leur vente.

En proie à de graves difficultés financières, l'exploitant zougois de raffineries a débuté le processus de vente de sa raffinerie française et des entreprises de marketing liées, après une période d'information et de consultation avec les conseils des travaux, a-t-il indiqué vendredi dans un communiqué.

Toutes les autres options possibles seront considérées durant cette période, précise Petroplus. De son côté, le sort de la raffinerie de Cressier, qui compte 260 employés, reste très incertain. Le site neuchâtelois a été fermé cette semaine "en toute sécurité", informe la société.

Petroplus a annoncé la semaine dernière un accord temporaire avec les banques qui lui accordent des facilités de crédit. Il permet de poursuivre en partie les activités sur les sites de Coryton (Angleterre) et Ingolstadt (Allemagne).

ATS