Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Une oie souillée par la pollution mardi à l'embouchure de la Chamberonne après la pollution de la Mèbre (affluent de la Chamberonne).

KEYSTONE/CYRIL ZINGARO

(sda-ats)

L'enquête est toujours "en cours" pour déterminer l'origine de la pollution de la Mèbre à Chavannes-près-Renens (VD). Un volatile "très souillé" par les huiles minérales est décédé, apprend-on mercredi auprès des autorités vaudoises

Au lendemain de la pollution de la rivière et de l'action des divers services pour lutter contre le gros écoulement d'huiles minérales, l'enquête est "en cours". Aucune autre information n'est donnée pour l'heure, indique à l'ats Arnold Poot, porte-parole de la police vaudoise.

Le site est surveillé par la Direction générale de l'environnement (DGE) et les pompiers sont sur place pour continuer les travaux de nettoyage. Outre le pompage du liquide visqueux, les berges doivent être également inspectées.

Si la pollution n'a pas eu de répercussions particulières sur les poissons, il n'en va pas de même pour les volatiles. Un harle bièvre est mort parce qu'il a été "très souillé" par les huiles déversées dans la rivière. Ses ailes ont aussi été touchées, explique Frédéric Hofmann, conservateur de la pêche et des milieux aquatiques à la DGE.

Une dizaine de cygnes ont également été noircis jusqu'à la ligne de flottaison par le liquide, mais pas jusqu'aux ailes. La DGE observe l'évolution de leur situation. Une capture et un nettoyage engendrent un stress important chez l'animal, souligne le spécialiste en pesant le pour et le contre d'une telle opération.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS