Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le parquet de Turin a décidé d'ouvrir une enquête visant le patron de la filiale italienne du groupe bâlois Labo Cosprophar Suisse. Il estime qu'"il n'y a pas de preuve scientifique que leurs produits font repousser les cheveux".

Le produit, connu sous le nom de "Crescina", est vendu en parapharmacie officiellement pour "aider à la repousse des cheveux" en utilisant dans ses publicités des photos du footballeur brésilien Ronaldo à l'époque où il se rasait la tête. Certaines confections concentrées se vendent à plus de 300 euros dans les parapharmacies ou pharmacies et le produit est largement diffusé aussi via internet.

L'enquête au parquet de Turin a été ouverte pour "fraude commerciale" car les publicités pour ce produit affirment toutes qu'il a des propriétés permettant ou aidant à la repousse des cheveux.

Affirmations "non motivées"

Le procureur en charge de l'enquête a commandé un rapport à l'Institut supérieur de la Santé qui a jugé "non motivées" les affirmations selon lesquelles le produit "agirait sur les cellules souches ou sur le follicule pileux".

En outre, le rapport a souligné que si le produit avait les propriétés décrites, il ne devrait pas être présenté comme un produit cosmétique mais comme un médicament, ce qui signifie qu'il devrait être soumis à une série de contrôles avant d'être commercialisé.

ATS