Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les affrontements entre la police aidée par des groupes paramilitaires et les manifestants qui réclament la démission du président du Nicaragua ont coûté la vie à entre 220 et 309 personnes.

KEYSTONE/EPA EFE/RODRIGO SURA

(sda-ats)

Un groupe d'experts de la Commission interaméricaine des droits de l'homme (CIDH) a commencé mardi à enquêter sur les violences qui secouent le Nicaragua. En deux mois et demi, les affrontements entre la police et les manifestations ont fait entre 220 et 309 morts.

Ce groupe d'experts aura un mandat de six mois renouvelable et sera chargé de soutenir "les enquêtes sur les faits de violences" et recommander les réparations à apporter aux victimes, a déclaré à la presse l'Italien Amérigo Incalcaterra, représentant de la CIDH "Notre engagement est envers les victimes (...) quels que soient les auteurs" de ces violences, a-t-il précisé.

La CIDH a exigé la fin de la répression, le démantèlement des milices parapolicières et le respect du droit à une procédure régulière pour les détenus.

Le Nicaragua est secoué depuis mi-avril par une vague de protestations contre le président Daniel Ortega. Les manifestants critiquent leur dirigeant pour avoir confisqué le pouvoir et exigent son départ.

Dialogue enlisé

L'Association nicaraguayenne pour les droits de l'homme (ANPDH) a présenté mardi un nouveau bilan, allant du 18 avril au 2 juillet, qui fait état de 309 morts, dont 288 sont cités nommément, même si une procédure de vérification est en cours auprès de leurs proches. Elle assure aussi que les manifestations ont fait plus de 1500 blessés.

De leur côté, le Centre nicaraguayen des droits de l'homme (Cenidh) et la Commission permanente des droits de l'homme (CPDH) s'accordent sur le chiffre de 220 morts, avec une douzaine d'autres encore en train d'être vérifiées.

La brutalité de la répression de la police, aidée par des groupes paramilitaires, a été vivement critiquée par la communauté internationale ces dernières semaines, tandis que le dialogue entre gouvernement et opposition semble enlisé.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS