Navigation

Enquête sur un cochon mort tombé du ciel en Uruguay

L'étrange affaire est survenue à José Ignacio - une station balnéaire huppée à 160 km à l'est de Montevideo. Googlemaps sda-ats
Ce contenu a été publié le 16 janvier 2020 - 05:49
(Keystone-ATS)

Un cochon mort a été lancé depuis un hélicoptère en vol dans la piscine de la villa d'un entrepreneur en Uruguay, avant de finir rôti. Une enquête a été ouverte.

Une vidéo devenue virale sur les réseaux sociaux montre un hélicoptère survolant la villa, puis la chute dans une petite piscine, et dans une gerbe d'eau, du corps d'un animal qui s'est révélé être un cochon mort, sous les rires des spectateurs.

L'étrange affaire, survenue à José Ignacio - une station balnéaire huppée à 160 km à l'est de Montevideo - "fait l'objet d'une enquête", a indiqué à la chaîne Canal 10 la procureure Ana Dean, qui a recueilli le témoignage du propriétaire de la maison, un homme d'affaires argentin.

Selon la procureure, l'homme a déclaré qu'il "était chez lui avec sa famille" quand il a entendu "un vacarme". En sortant, ils ont vu "un cochon dans la piscine, ils l'en ont retiré, l'ont fait rôtir et ils l'ont mangé", a relaté la procureure.

Buzz sur les réseaux sociaux

L'armée de l'air uruguayenne, qui contrôle les vols au-dessus de ce pays d'Amérique latine frontalier de l'Argentine, a annoncé dans un communiqué mener "une enquête afin de recueillir tous les détails techniques du vol", après "le lancement d'un animal depuis un hélicoptère civil à José Ignacio".

L'enquête vise notamment à déterminer si un délit ou une violation du code de l'aviation a été commis.

En pleine saison touristique estivale, l'affaire a fait le buzz sur les réseaux sociaux en Argentine et en Uruguay. L'identité de l'auteur du lancement était inconnue à ce stade.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.