Toute l'actu en bref

Les manifestants se sont rassemblés sous les fenêtres du Grand Conseil, pour les discours, avant de défiler dans les rues de Genève.

KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI

(sda-ats)

Environ 300 personnes ont défilé vendredi en début de soirée dans les rues de Genève pour réclamer des conditions dignes pour les personnes en exil. Une force de police importante encadrait la manifestation.

L'action était organisée par le collectif Perce-Frontières, qui se bat pour que les migrants ne soient pas logés dans des abris souterrains de la protection civile. Aujourd'hui, selon un responsable de cette association, des centaines de personnes se trouvent encore dans "des bunkers".

Les manifestants demandent aux autorités de prendre des mesures et de ne plus s'en tenir aux promesses. Le canton avait ainsi déclaré, en 2015, que les abris seraient fermés fin 2016. L'Etat envisage maintenant de les garder ouverts jusqu'en 2018, s'est insurgé un membre de Perce-Frontières.

Les manifestants se sont dits révoltés par la politique menée par le canton et la Suisse dans le domaine de l'asile. Selon eux, les gens sont criminalisés et ne reçoivent pas un accueil digne et humain. Les militants ne veulent pas non plus que Genève devienne un centre de renvoi des réfugiés, comme c'est prévu.

ATS

 Toute l'actu en bref