Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Un an jour pour jour après la catastrophe de Fukushima, 8000 personnes ont pris part dimanche à la troisième édition de "Sortons du nucléaire". Devant la centrale de Mühleberg (BE), les manifestants ont exigé la fermeture immédiate de celle-ci ainsi que celle de Beznau (AG).

Répondant à l'appel de 181 organisations anti-nucléaires, les manifestants se sont mis en marche en trois groupes de la gare de Gümmenen (BE) jusqu'au site de Mühleberg. Environ 1000 personnes sont en outre arrivées depuis Berne en deux caravanes de cyclistes, ont indiqué les organisateurs.

Pour les protestataires, il est important que la sortie du nucléaire décidée par le Conseil fédéral soit à présent concrétisée et mise en oeuvre le plus vite possible. Suite à la décision la semaine dernière du Tribunal administratif fédéral (TAF) sur Mühleberg, les opposants veulent continuer de mettre la pression.

Inspection à renforcer en Suisse

Dans son jugement, le TAF a déclaré que l'exploitation de la centrale ne serait plus autorisée au-delà du premier semestre 2013. Les Forces motrices bernoises (FMB) n'ont pas encore décidé d'un éventuel recours au Tribunal fédéral.

L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) recommande d'étendre les compétences de l'Inspection fédérale de la sécurité nucléaire (IFSN). Celle-ci devrait pouvoir formuler des obligations et prendre des décisions.

Aujourd'hui, le Département fédéral de l'énergie (DETEC) est l'autorité compétente pour les centrales nucléaires. Il lui manquent toutefois les connaissances nécessaires, critiquent les experts de l'AIEA, qui recommandent un transfert de compétences vers l'IFSN.

ATS