Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Berne - Les Ecoles polytechniques fédérales ont enregistré en 2009 une hausse de 7% d'étudiants. Mais la recherche suisse affronte la concurrence de l'Asie. Face à ces défis, le Conseil des EPF demande un financement solide de la part de la Confédération.
La hausse des immatriculations, l'essor de la recherche en Asie, les nouvelles directives en matière de recherche dans l'UE et les luttes internes en Suisse pour la répartition des fonds constituent le nouveau paysage pour la recherche suisse, a expliqué le président des EPF Fritz Schiesser, présentant son rapport annuel.
Le conseil des EPF, qui regroupe l'EPFL, l'EPFZ et les quatre instituts du domaine EPF (PSI, WSL, Empa, Eawag), craint notamment les coupes budgétaires de la Confédération.
Pour les années 2011 à 2014, il pronostique une perte totale de 205 millions de francs, soit 50 millions par année sur une enveloppe annuelle de 2 milliards venant de l'Etat. Un tel recul est incompatible avec les objectifs politiques en matière de recherche et d'innovation, estime M. Schiesser.
Or les hautes écoles suisses ne peuvent se reposer sur leurs lauriers. Si le développement de la recherche en Europe a tendance à stagner, de nouveaux acteurs en Asie gagnent du terrain. Les dépenses allouées au secteur par rapport au PIB sont passées entre 2000 et 2007 de 2,39% à 3,22% en Corée du Sud et de 0,9% à 1,22% en Chine.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS