Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les autorités locloises et chaux-de-fonnières estiment que leur entretien avec le Conseil d'Etat neuchâtelois sur le dossier hospitalier n'a pas été fructueux. Pour les deux villes du haut du canton, le blocage reste complet après cette rencontre qui s'est tenue mardi.

L'unique point de consolation tient dans la non-remise en cause des travaux pour rénover les unités de soins sur le site de La Chaux-de-Fonds, indiquent les deux exécutifs communaux. En revanche, aucune solution visant à appliquer la répartition des missions votée par le peuple en 2013 n'est avancée par le gouvernement cantonal, soulignent-ils.

Les deux villes réitèrent leur demande: le processus démocratique qui a validé le plan stratégique hospitalier doit être respecté. Selon elles, ce ne serait pas le cas si le Conseil d'Etat acceptait les demandes formulées la semaine passée par l'Hôpital neuchâtelois (HNE).

Ce dernier souhaite concentrer les soins intensifs sur le site de Neuchâtel dès cet automne et transformer l’unité de soins intensifs chaux-de-fonnière en unité de soins continus. Il compte aussi centraliser les urgences opératoires à Neuchâtel dès le 1er mars, ce qui déboucherait sur la fermeture du bloc opératoire de La Chaux-de-Fonds les week-ends et les jours fériés.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS