Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Football - Tranquille, serein, expérimenté et souriant, Johann Djourou possède déjà la sagesse du trentenaire en fin de cycle.
Le Genevois n'a pourtant que 24 ans. Sans détour, celui qui disputera vendredi aux Pays-Bas sa 30e rencontre internationale est à un tournant de sa carrière.
Numéro 1 de la défense d'Arsenal de janvier à mai dernier, Djourou semble n'être plus que le quatrième choix d'Arsène Wenger dans l'axe, derrière Koscielny, Mertesacker et Vermaelen. Ces derniers temps, il évolue même comme latéral droit. Un problème pour Hitzfeld - l'Allemand l'a reconnu -, mais pas pour le Genevois.
"Je suis et je reste un défenseur central. J'ai cependant la possibilité de pouvoir évoluer à plusieurs postes. Jouer à droite me permet d'améliorer certains aspects offensifs. C'est un bagage qui me sera également utile quand je retrouverai ma position."
Jeune espoir prometteur, titulaire indiscutable, blessé, remplaçant, le parcours de Djourou chez les Gunners épouse le tracé de montagnes russes. "J'ai l'habitude d'avoir des joueurs devant moi dans la hiérarchie, ce n'est pas la première fois. J'étais en pleine bourre l'année passée mais, comme j'avais perdu presque un an et demi à cause de mon genou gauche, j'ai connu un trou en fin de saison. L'entraîneur a donc jugé qu'il était nécessaire d'engager un autre central, et il avait raison. Sur la longueur, je suis néanmoins certain de retrouver ma place car, en forme, je crois en toute modestie ne pas avoir à envier beaucoup de joueurs à mon poste."
Sous contrat avec Arsenal jusqu'en juin 2013, le Genevois a déjà parlé de sa situation avec Wenger. "Il sait que je ne peux pas, à 25 ans, me permettre une saison comme no 4. Je dois trouver un club où je serai le no 1. Nous en reparlerons tranquillement après la pause internationale. J'ai plusieurs options, des portes ouvertes en Angleterre, en Allemagne, en Italie ou en Espagne. Je peux aller voir ailleurs. Sans oublier que je me sens bien à Arsenal et que je pourrai y rester. Le mercato d'hiver ne m'intéresse du reste pas du tout."
Vendredi, à Amsterdam, Djourou retrouvera son coéquipier Robin van Persie. "Il est intenable en ce moment (ndlr: huit buts lors des quatre derniers matches de Premier League), admet le Genevois. Mais j'ai la chance de défendre contre lui tous les jours à l'entraînement. Je ne me fais ainsi pas trop de souci."

ATS