Toute l'actu en bref

"Si je ne joue pas samedi mais que nous gagnons, ce sera pour moi la même joie que si j'étais aligné." François Moubandje s'est montré très "corporate" à deux jours de Suisse - Lettonie.

Car le Toulousain y pense forcément, à cette possible titularisation en équipe nationale dans le Stade de Genève qui l'a vu naître au professionnalisme avec Servette, qui plus est dans une rencontre de qualification pour la Coupe du monde 2018.

"Non, pas forcément, contre-t-il. A chaque fois que je suis convoqué, j'espère avoir du temps de jeu. Bien sûr, Genève est ma ville, j'ai joué dans ce stade avec Servette, alors la saveur serait particulière."

Moubandje est le remplaçant naturel tout désigné de Ricardo Rodriguez, le titulaire du poste forfait sur blessure. Difficile pourtant d'être affirmatif quant aux intentions du sélectionneur Vladimir Petkovic qui, en début de semaine, a également testé Michael Lang dans le rôle.

Le Genevois a des arguments qui plaident pour lui. Il est déjà un "vrai" latéral gauche, alors que Lang, à Bâle, évolue à droite voire parfois dans l'axe. Puis sa saison est convaincante à Toulouse, où il est titulaire. Ce qui n'est pas une mince affaire dans un championnat relevé comme la Ligue 1.

"Je ne sais pas si je jouerai ou pas, assure Moubandje. La seule chose que je peux faire est de m'entraîner à fond. La décision appartient ensuite au coach. Je me sens bien physiquement, j'ai la chance de jouer régulièrement à Toulouse, ce qui me donne une forme particulière. Après, je ne sais pas si je suis le remplaçant logique de Rodriguez ou pas. Je le répète, c'est le coach qui décide. Ce que je peux dire, c'est que si je suis sur le terrain samedi, je donnerai tout."

ATS

 Toute l'actu en bref