Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

"L'adversaire n'était pas de première force. Nous nous sommes drôlement compliqué la vie !" Vladimir Petkovic n'en décolère pas. Le match de Trnava lui restera longtemps en travers de la gorge.

A la rue pendant 55 minutes, la Suisse a concédé face à la Slovaquie sa quatrième défaite de l'ère Petkovic. Une défaite qui s'explique bien sûr par les défaillances individuelles - Fabian Schär en premier lieu -, mais aussi selon le sélectionneur par les manques de passion et de courage et par les déficits de concentration et de communication.

Le manque de temps de jeu en club d'un Fabian Schär et d'un Gökhan Inler a été cruellement ressenti. "Tu ne peux pas le masquer éternellement", avance avec raison Johan Djourou qui fut l'un des rares à surnager lors de cette première heure de jeu à ranger au musée des horreurs.

Mardi à Vienne pour le match du rachat contre l'Autriche, il est acquis que Schär laissera sa place à Fabian Lustenberger. En revanche, le forfait de Granit Xhaka peut offrir une nouvelle chance - la dernière ? - à Inler qui a pâti vendredi de la comparaison avec Valon Behrami, l'homme auquel il a transmis le brassard lors de son remplacement par Zuffi. Introduit à l'heure de jeu, le Tessinois s'est affirmé, lui, comme un vrai capitaine.

Le cas Inler n'est toutefois pas le plus brûlant. Il se réglera presque de lui seul si le Soleurois demeure scotché sur le banc de Leicester City comme il l'a été lors des six dernières rencontres de Premier League. L'urgence pour Vladimir Petkovic commande de rendre à nouveau possible la cohabitation entre Stephan Lichtsteiner et Xherdan Shaqiri sur le flanc droit. Il y a une sorte de guerre d'ego entre les deux hommes qui commence, selon un cadre de l'équipe, à peser vraiment sur l'ambiance de la sélection.

A Trnava, Shaqiri a attendu la sortie de Lichtsteiner à l'heure de jeu pour commencer à jouer enfin au football. Il fut ainsi à l'origine du premier but de l'équipe de Suisse avec un décalage parfait pour Michael Lang. Comme "libéré" par la sortie d'un Lichtsteiner qui n'avait cessé de le houspiller depuis le début de la rencontre, le joueur de Stoke City a pu enfin donner sa pleine mesure. Mardi à Vienne, ce duo Lichtsteiner-Shaqiri sera observé à nouveau de très près. S'il ne fonctionne toujours pas, il ne faudra pas insister. Deux options s'offriront alors au sélectionneur: décaler Shaqiri sur la gauche ou se passer des services de Lichtsteiner, avec toutes les conséquences que l'un ou l'autre de ces choix peut provoquer...

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS