Toute l'actu en bref

Le président turc Recep Tayyip Erdogan envisage, après le 16 avril, la tenue d'un possible référendum sur la poursuite de la candidature de la Turquie à l'Union européenne.

KEYSTONE/AP Pool Presidential Press Service/KAYHAN OZER

(sda-ats)

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré samedi qu'il envisageait la tenue d'un possible référendum sur la poursuite de la candidature de la Turquie à l'Union européenne après le 16 avril. Les relations entre Ankara et Bruxelles sont devenues très tendues.

"Pour le moment, nous organisons un référendum le 16 avril, mais ensuite nous pourrions choisir d'en faire un second sur les discussions d'adhésion et nous nous conformerions ce que notre peuple dirait alors", a-t-il dit lors d'un déplacement à Antalya, dans le sud du pays.

"Qu'entend-on ? Que si le oui l'emporte (au référendum), l'Union européenne ne nous acceptera pas. Ah ! Si seulement ils pouvaient prendre une telle décision ! Cela nous simplifierait la tâche", a déclaré Recep Tayyip Erdogan.

"De toute façon, le 16 avril est pour nous un point de rupture. C'est pour cela que le oui est si important. Nous allons mettre tout cela sur la table. Car la Turquie n'est le souffre-douleur de personne", a-t-il poursuivi, sous les acclamations de son auditoire.

Relations tendues

Les négociations d'adhésion de la Turquie à l'UE ont débuté en 2005, mais ont progressé très lentement du fait de désaccords sur Chypre, les droits de l'homme et d'autres dossiers et sont aujourd'hui pratiquement au point mort.

Ces derniers mois, les relations entre Ankara et Bruxelles sont devenues très tendues, ainsi qu'avec certaines capitales européennes.

Les Européens jugent notamment que les purges massives menées depuis la tentative de coup d'Etat de l'été dernier démontrent une forme de dérive autoritaire du pouvoir turc.

ATS

 Toute l'actu en bref