Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan s'est juré samedi de répondre aux "menaces" des Etats-Unis concernant le pasteur américain détenu en Turquie.

KEYSTONE/AP Pool Presidential Press Service

(sda-ats)

Le président turc Recep Tayyip Erdogan s'est juré de répondre aux "menaces" des Etats-Unis visant à faire libérer un pasteur américain. Il n'a pas montré de volonté d'apaisement dans son bras de fer avec Washington, qui a accentué la chute de la devise nationale.

Déclarations chocs, sanctions, menaces de représailles, puis doublement des tarifs douaniers américains sur l'acier et l'aluminium turc : le ping-pong Ankara-Washington est allé crescendo ces derniers jours, emportant avec lui la livre turque qui a dévissé vendredi de 16% face au billet vert.

Au coeur de cette bataille : le sort du pasteur américain Andrew Brunson, actuellement jugé en Turquie pour "terrorisme" et "espionnage", placé fin juillet en résidence surveillée après un an et demi de détention.

Les Etats-Unis demandent sa libération immédiate, alors que la Turquie plaide pour l'extradition de Fethullah Gülen, prédicateur turc établi depuis près de 20 ans sur le sol américain et soupçonné par Ankara d'être l'architecte du putsch manqué de juillet 2016.

"Partenariat en danger"

"Il est mauvais d'oser mettre la Turquie à genoux avec des menaces concernant un pasteur", a lancé samedi M. Erdogan, lors d'un rassemblement à Unye, sur les rives de la Mer noire. "Honte à vous, honte à vous. Vous échangez votre partenaire stratégique de l'Otan pour un prêtre".

La Turquie et les Etats-Unis sont partenaires dans le cadre de l'Otan et les Etats-Unis disposent d'une importante base à Incirlik, dans le sud du pays, actuellement utilisée comme centre des opérations contre le groupe djihadiste Etat islamique (EI).

"Notre partenariat pourrait être en danger", a averti samedi le président turc dans les colonnes du New York Times, agitant la menace de "chercher de nouveaux amis et de nouveaux alliés".

"S'ils ont le dollar, nous avons Allah"

"S'ils ont le dollar, nous avons Allah", a dit M. Erdogan, appelant les Turcs à ne pas s'affoler et surtout à convertir leurs réserves cachées en or ou en devises étrangères en livres turques afin de soutenir la monnaie nationale.

Lors d'un discours à Rize, sur la Mer noire, il s'en est aussi pris aux taux d'intérêt, "un instrument d'exploitation qui rend les pauvres plus pauvres et les riches plus riches". La banque centrale turque a résisté ces dernières semaines aux pressions en faveur d'une hausse des taux d'intérêt pour faire face à une forte inflation et à la baisse de la monnaie nationale.

Le président turc a assuré qu'il se conformerait à la loi au sujet du pasteur Brunson : "Nous n'avons pas fait jusqu'ici de concessions en matière de justice et nous n'en ferons jamais".

Soutien iranien

L'Iran, qui a aussi connu cette année une chute vertigineuse de sa monnaie, en raison du rétablissement de sanctions des Etats-Unis qui se sont retirés de l'accord sur le nucléaire iranien, a pris samedi fait et cause samedi pour Ankara face à Washington.

"La jubilation éprouvée (par le président Donald Trump) en imposant des difficultés économiques à la Turquie, son allié de l'OTAN, est honteuse", a écrit le chef de la diplomatie iranienne, Mohammad Javad Zarif, sur Twitter.

"Les Etats-Unis doivent apprendre à maîtriser leur addiction aux sanctions et à l'intimidation ou le monde entier se réunira et, au-delà des condamnations verbales, les y forcera", a souligné M. Zarif.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS