Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Eric Stauffer porte plainte contre un journaliste de "L'Illustré". Dans son édition de mercredi, l'hebdomadaire consacre un article aux ennuis judiciaires du député et président du Mouvement citoyens genevois, candidat à l'élection complémentaire au Conseil d'Etat.

"La plainte pénale pour diffamation, calomnie et violation du secret de fonction sera déposée d'ici vendredi", a indiqué jeudi son avocat Mauro Poggia, par ailleurs député et conseiller national MCG, interrogé par l'ats. Et de préciser qu'il a demandé le retrait de l'article du site Internet du magazine. Or, selon Michel Jeanneret, rédacteur en chef du titre, il n'y a jamais figuré.

Dans son dernier numéro, "L'Illustré" publie sur quatre pages une enquête intitulée "Le passé obscur d'Eric Stauffer". L'auteur veut savoir si le "trublion de la République", qui vise le Département de la sécurité, de la police et de l'environnement lors de l'élection complémentaire au Conseil d'Etat du 17 juin, a eu "maille à partir avec la justice genevoise".

Quatre affaires

Sur la base de témoignages anonymes, il cite quatre affaires qui ont eu lieu au cours des 20 dernières années - deux d'ordre privé et deux d'ordre professionnel. Selon lui, trois affaires ont été classées tandis qu'une, la mort violente de son beau-père en 1993, n'est pas résolue. "Le pire est qu'il laisse entendre qu'Eric Stauffer est le commanditaire d'un assassinat", relève Me Poggia.

De son côté, le magazine attend avec confiance la décision de justice. "Eric Stauffer étant un personnage public, candidat à une élection importante, 'L'Illustré' avait le droit et le devoir de s'intéresser à son passé. Nous l'avons fait en toute honnêteté, au prix d'un travail minutieux et basé sur de très nombreuses sources", a déclaré à l'ats Michel Jeanneret.

ATS