Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

"Les conditions générales du marché restent défavorables", a reconnu le patron de l'équipementier suédois, Börje Ekholm (archives).

KEYSTONE/EPA TT NEWS AGENCY/PONTUS LUNDAHL

(sda-ats)

Ericsson a présenté vendredi des résultats trimestriels inférieurs aux attentes, avec des pertes aggravées et un chiffre d'affaires en berne. L'équipementier en télécoms suédois a prévenu que la situation pourrait encore se détériorer à la fin de l'exercice.

Après une année noire en 2016, où son bénéfice net a chuté de 86%, l'entreprise n'a toujours pas trouvé la parade au ralentissement des investissements dans les infrastructures réseaux, son coeur de métier. La perte nette pour la période allant de juillet à septembre est ressortie à 4,4 milliards de couronnes (524 millions de francs), contre une perte de 233 millions un an plus tôt.

Le chiffre d'affaires s'est érodé de 6% à 47,8 milliards de couronnes. Les analystes escomptaient 51,1 milliards, selon l'agence financière SME Direkt.

Le fort creusement des pertes au cours du trimestre sous revue est notamment dû à des charges de restructuration (2,8 milliards de couronnes), dont 1,6 milliard de dépréciation d'actifs lié à la cession d'activités au Canada, et à des provisions de 2,3 milliards.

Déploiement de la 5G

"Les conditions générales du marché restent défavorables", a reconnu le patron de l'équipementier, Börje Ekholm, marquées par une transition encore trop lente entre d'un côté la fin du déploiement de la 4G dans de nombreux pays ou à tout le moins le ralentissement des investissements, et de l'autre le déploiement de la 5G.

Ericsson s'attend à une progression de son chiffre d'affaires au quatrième trimestre par rapport au trimestre précédent "plus faible que d'habitude", en raison du tassement des investissements dans la 4G en Chine continentale.

La société a précédemment indiqué s'attendre à un impact négatif de la réduction des investissements de ses clients compris entre 3 et 5 milliards de couronnes sur son bénéfice opérationnel entre juillet 2017 et juin 2018. "Ce risque est désormais attendu dans le haut de la fourchette", a-t-elle prévenu.

Le groupe entend passer, au dernier trimestre de l'exercice 2017, des charges de restructuration de 3,4 milliards de couronnes et poursuivre son plan d'économies. Il vise une réduction des coûts de 10 milliards par an d'ici la mi-2018.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS