Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Donald Trump est décidé à ne pas baisser les bras face aux médias.

KEYSTONE/EPA BLOOMBERG POOL/OLIVIER DOULIERY / POOL

(sda-ats)

Le président américain Donald Trump a franchi dimanche un nouveau cap dans son usage très peu conventionnel de Twitter. Il a publié une vidéo étonnante, dans laquelle il roue de coups un homme dont le visage est remplacé par le logo de la chaîne CNN.

Cette nouvelle pique envers les médias intervient après trois jours d'offensive visant surtout des télévisions qu'il juge hostiles à son administration. Elle entretient aussi une constante relation de tension avec les médias, marqueur de son début de présidence. CNN a d'ailleurs immédiatement dénoncé un président qui "encourage la violence contre les journalistes".

La nouvelle vidéo dure 28 secondes: l'actuel président américain, en costume-cravate, prend par le cou un homme au bord d'un ring de catch et dont la tête est masquée par le logo CNN, le plaque au sol et simule de lui asséner plusieurs coups de poing. Elle est conclue par les mots "FNN: Fraud News Network" ("Réseau escroc d'informations").

Comportement "enfantin"

"Au lieu de préparer ses voyages à l'étranger, sa première rencontre avec Vladimir Poutine, s'occuper de la Corée du Nord et travailler à sa réforme de la santé, il fait preuve d'un comportement enfantin bien en deçà de la dignité que requiert" la présidence, a encore commenté CNN.

La chaîne a estimé que la porte-parole de l'exécutif Sarah Huckabee Sanders a "menti", la semaine dernière, lorsqu'elle assurait que le président n'encourageait pas la violence.

La scène originale de la vidéo date de 2007, en marge d'un combat d'exhibition de catch, à une époque où Donald Trump était une célébrité et animateur d'une émission de télé-réalité. L'homme avec lequel il simule la bagarre est Vince McMahon, un ami, milliardaire lui aussi. Il est le mari de Linda McMahon, la ministre des petites entreprises de Donald Trump. Le couple a fondé la World Wrestling Entertainment (WWE), principale fédération de catch aux Etats-Unis.

Escalade

La diffusion de cette scène marque en tout cas une escalade dans l'usage de Twitter par le président, après plusieurs jours d'invectives avec deux journalistes de la chaîne MSNBC, Joe Scarborough et Mika Brzezinski, qu'il avait renommés "Joe le psychopathe" et "Mika bête comme ses pieds". Les termes injurieux utilisés avaient déjà choqué jusque dans son camp républicain.

La querelle s'est rapidement élargie en dénonciation des médias en général - CNN en tête - qu'il accuse de couverture partiale et d'entretenir une "haine" envers lui.

Régulièrement accusé de ne pas adopter un comportement présidentiel, en particulier sur Twitter, M. Trump s'est justifié samedi. "Souvenez-vous, j'ai gagné l'élection de 2016 avec des interviews, des discours et les réseaux sociaux", a-t-il écrit. "Mon usage des réseaux sociaux n'est pas présidentiel - il est présidentiel moderne", a-t-il ajouté.

Trump supplié d'arrêter

Reste que sa dernière vidéo a de nouveau créé le malaise dimanche. Le gouverneur républicain de l'Ohio John Kasich, qui s'était opposé à Donald Trump lors de la primaire républicaine, a notamment jugé "malheureux" son usage de Twitter. Certaines personnes, dit-il, "supplient le président de ne pas faire cela et il ne devrait pas le faire".

De rares responsables américains ont tenté de défendre cette vidéo, partagée plus de 164'000 fois, à l'instar du conseiller de Donald Trump à la sécurité intérieure, Thomas Bossert, qui "pense que personne n'aura perçu cela comme une menace".

En attendant, la Maison Blanche a donné de la résonance à la vidéo, en la retweetant sur le compte officiel de la présidence américaine @potus.

ATS