Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Ce n'est pas encore l'heure de Zinédine Zidane, a déclaré jeudi soir le président du Real Madrid club Florentino Pérez.

L'ancien maître à jouer du club merengue et de l'équipe de France est considéré par beaucoup de monde comme le successeur annoncé au poste d'entraîneur d'un Rafael Benitez qui ne convainc guère Bernabeu.

"J'ai de l'adoration pour Zidane, il a été mon joueur le plus emblématique. Il sera sûrement un jour un grand entraîneur et de plus, il sera sûrement l'entraîneur du Real Madrid, mais ceci étant dit, ce n'est pas pour aujourd'hui", a tranché le dirigeant, invité de la radio espagnole "Cadena Ser" dans la nuit de jeudi à vendredi.

Alors que Benitez a été fragilisé par des performances en dents de scie, notamment l'humiliation subie dans le Clasico contre le FC Barcelone (4-0) en novembre, la presse espagnole a évoqué ces derniers jours la possibilité que Zidane, entraîneur de la réserve du Real, soit appelé à la tête de l'équipe première.

"Bien que plusieurs médias se soient mis d'accord sur cette question, je répète une nouvelle fois que Benitez est venu ici pour résoudre un problème, donc, Benitez est la solution, pas le problème", a expliqué Pérez.

Le dirigeant a reconnu que le Real avait vécu en 2015 une "année horrible" avec aucun trophée remporté, des blessures en cascades et une série de scandales extrasportifs, notamment l'incroyable bourde de la titularisation en Coupe du Roi d'un joueur qui était suspendu. Mais Pérez a réaffirmé sa confiance à Benitez, comme il l'avait fait après le Clasico, répétant que le technicien madrilène était venu pour apporter une nouvelle "impulsion" à l'équipe.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.








Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS