Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le safari du roi Juan Carlos, parti chasser l'éléphant au Botswana, fait des vagues en Espagne, un pays rattrapé par la crise de la dette où un jeune sur deux est sans emploi. La presse espagnole s'indigne notamment du coût élevé du voyage.

Selon "El Mundo", le safari serait revenu à 30'000 euros. La Maison royale, qui promettait il y a trois mois de publier ses revenus après l'inculpation du gendre de Juan Carlos pour une affaire de corruption, aurait en outre fait preuve de manque de transparence.

Ainsi, le voyage serait resté secret si le roi ne s'était fracturé la hanche en trébuchant sur une marche, ce qui a nécessité son rapatriement d'urgence à Madrid. Juan Carlos, âgé de 74 ans, a été opéré samedi matin à l'hôpital San José. Les médecins lui ont posé une prothèse.

Président d'honneur du WWF

Lors de son message de Noël, le monarque avait appelé les dirigeants espagnols à se montrer exemplaires dans un pays plombé par la crise et miné par l'austérité.

Les associations de défense des animaux se sont également insurgées contre ce loisir royal. Une pétition demandant la démission de Juan Carlos de son poste de président d'honneur de WWF Espagne a recueilli plus de 40'000 signatures, selon le forum Actuable.

"C'est indécent, écoeurant et indigne d'une personne de votre rang. Vous ne valez pas mieux que les braconniers qui pillent et saccagent la nature, vous êtes la honte de l'Espagne", lui a écrit l'actrice française Brigitte Bardot.

ATS