Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Une marée humaine agitant des nuées de drapeaux rouges a défilé jeudi dans toute l'Espagne, au soir d'une grève générale contre la réforme du travail et de la politique d'austérité du gouvernement de droite. Les manifestations ont été émaillées de violences dans plusieurs villes.

A la veille de l'annonce du budget 2012, marqué par une cure de rigueur sans précédent, les syndicats ont évalué le nombre de manifestants à 800'000 pour tout le pays. Rien qu'à Madrid, les protestataires étaient au moins 100'000 à parcourir les avenues du centre, portant de petites pancartes où étaient dessinés des ciseaux, symbole des réductions budgétaires.

Violences à Barcelone

Les protestataires défilaient aussi à Barcelone, la deuxième ville du pays, où des violences ont éclaté entre forces de l'ordre et groupes de jeunes. "La police a dû intervenir et a utilisé des balles en caoutchouc" face à un "groupe assez important" qui a provoqué "des incidents violents", a déclaré le ministère régional de l'Intérieur.

Des heurts ont aussi éclaté à Madrid, Vitoria et Séville. Au total, 176 personnes ont été interpellées, 58 policiers et 46 manifestants ou grévistes ont été blessés, selon le ministère de l'Intérieur.

Ailleurs dans le pays, la mobilisation était aussi forte, avec 50'000 personnes à La Corogne, selon la police, 25'000 à Saint-Jacques de Compostelle, selon les syndicats, et entre 72'000 et 400'000 dans toute l'Andalousie, suivant les estimations.

Service minimum maintenu

Alors que les syndicats ont annoncé très vite un "immense succès", le ministère de l'Intérieur a fait état d'une grève peu suivie. L'impact du mouvement semblait avoir été limité par l'accord de service minimum conclu entre syndicats et pouvoirs publics, sans compter le souci de nombreux Espagnols de ne pas perdre une journée de salaire.

A Madrid, 30% en moyenne des métros et des bus devaient circuler, de même que 20% des trains nationaux dans le reste du pays. Les compagnies aériennes Iberia, Air Nostrum et Vueling ont annulé en moyenne 60% de leurs vols.

ATS