Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le Sénat américain a adopté mardi un projet de loi visant à pénaliser la Chine, soupçonnée de manipuler sa monnaie afin de gonfler ses exportations, malgré les réticences de la Maison Blanche. Le texte a immédiatement suscité la colère de Pékin.

L'adoption du projet de loi est une "entorse grave" aux règles de l'Organisation mondiale du Commerce (OMC), a réagi mercredi le ministère chinois des Affaires étrangères. Selon lui, ce vote pourrait provoquer une "guerre commerciale".

Le Sénat, à majorité démocrate, a adopté ce texte par 63 voix contre 35. Mais la Chambre des représentants n'a pas prévu de se prononcer sur la mesure, car les chefs de la majorité républicaine dans cette assemblée craignent une guerre commerciale avec Pékin.

Le secrétaire au Trésor, Timothy Geithner, a estimé mardi soir que les sénateurs "n'avaient pas" déclenché de guerre commerciale avec la Chine en adoptant ce texte. Il a cependant répété que l'administration Obama ne soutenait pas le projet de loi dans son ébauche actuelle, dont plusieurs dispositions seraient selon lui "en contradiction" avec les obligations des Etats-Unis à l'OMC.

A l'approche de la présidentielle de novembre 2012, les partisans du texte soutiennent que l'économie américaine, avec son taux de chômage à 9,1%, souffre d'une sous-évaluation de la monnaie chinoise. Avec ce projet de loi, les sénateurs cherchent à pousser le Trésor à accuser formellement Pékin de manipuler sa monnaie.

Le plan emploi d'Obama rejeté

Le Sénat américain a en outre rejeté mardi soir le plan emploi de Barack Obama, faute de majorité qualifiée. Il s'agissait du premier vote test sur ce projet présenté par le président comme crucial pour éviter une nouvelle récession.

Le texte a été rejeté par 50 voix contre 49, soit neuf de moins que les 60 nécessaires pour ouvrir formellement les débats. Ce revers va obliger M. Obama et ses alliés démocrates à revoir leur copie et présenter séparément, morceau par morceau, les mesures de ce plan de 447 milliards de dollars.

ATS