Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les entreprises américaines s'empressent de reverser des dividendes spéciaux considérables à leurs actionnaires, pour leur permettre d'échapper aux hausses de taxes anticipées. Cette mesure interviendra l'année prochaine, dans le cadre des négociations en cours pour réduire les déficits du pays.

Les supermarchés à bas prix Costco ont annoncé mercredi un dividende spécial de 7 dollars par action, soit une enveloppe totale de 3 milliards. Avant eux, Brown-Forman Corp, le fabricant du whisky Jack Daniel, a promis 4 dollars de bonus par action, les grands magasins Dillard's 5 dollars, l'opérateur de casinos Las Vegas Sands 2,75 dollars. La date de paiement tombe à chaque fois avant le 31 décembre.

D'autres groupes, comme le numéro un mondial de la distribution Wal-Mart, ont pour leur part avancé le paiement de leur dividende trimestriel de janvier à décembre.

Le cabinet de conseil Markit dit s'attendre à plus de 120 dividendes spéciaux ce trimestre, contre 31 en moyenne d'ordinaire, mais souligne que ce type d'inflation n'est pas inédit: les versements aux actionnaires avaient déjà bondi en décembre 2010, à cause de craintes d'une augmentation des taxes au début de l'année suivante. Celle-ci n'avait finalement pas eu lieu.

Réduction du déficit

Cette fois encore, les entreprises anticipent un durcissement début 2013 de la taxation des dividendes et revenus du capital.

Les Etats-Unis, obligés de réduire leurs déficits, sont sous la menace d'une entrée en vigueur le 2 janvier d'importantes hausses d'impôts automatiques, qui toucheraient tous les ménages, même modestes.

Démocrates et Républicains tentent toutefois de trouver un compromis plus équilibré. Et la taxe sur les dividendes, qui avait été réduite en 2003 à 15% contre un taux maximal jusque là de 39,6%, est devenue un symbole d'un système fiscal accusé de favoriser les mieux nantis.

Le niveau de la taxe sur les dividendes risque fort d'être aligné sur le taux d'impôt sur le revenu de leurs bénéficiaires, qui peut actuellement aller jusqu'à 35% et que Barack Obama souhaite même relever à 39%.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS