Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Nouvelle-Orleans - La crainte d'une vaste pollution en mer reste vive aux Etats-Unis. Les garde-côtes n'excluent pas "une des pires marée noire de l'histoire" si la fuite émanant de la plateforme qui a sombré dans le golfe du Mexique n'est pas colmatée.
La responsable des garde-côtes de La Nouvelle-Orléans s'est refusée à comparer l'accident avec celui du pétrolier Exxon Valdez. Le navire s'était échoué sur les côtes de l'Alaska et avait déversé plus de 40 millions de litres de pétrole sur une distance de 1300 km.
La nécessité d'arrêter la fuite est d'autant plus pressante qu'une nappe de pétrole de 965 km de circonférence se trouvait à une trentaine de kilomètres des côtes de la Louisiane, berceau d'un écosystème fragile composé de nombreux oiseaux aquatiques. Les autorités seraient prêtes en dernier recours à aller jusqu'à mettre le feu à cette nappe.
Le but d'une telle manoeuvre est de protéger le littoral bien que cet opération et la pollution atmosphérique qu'elle entraînerait posent elles-mêmes des problèmes environnementaux.
L'opération devait démarrer à 11h00 locales (18h00 suisses), a déclaré un porte-parole du commandement des garde-côtes. Des bateaux devaient d'abord comprimer le pétrole en l'entourant d'un barrage flottant d'environ 150 mètres de long. Le pétrole sera alors déplacé vers une zone éloignée, avant d'être enflammé.
Le but est de protéger le littoral. Une telle opération et la pollution atmosphérique qu'elle entraînera posent néanmoins elles-mêmes des problèmes environnementaux.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.








Teaser Longform The citizens' meeting

Teaser Longform The citizens' meeting

1968 en Suisse

ATS