Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La banque centrale américaine (Fed) a annoncé mercredi qu'elle était prête à en faire davantage afin d'assurer une reprise économique "plus forte" aux Etats-Unis. Pour l'heure, elle maintient le cap de sa politique monétaire ultra-accommodante.

Le Comité de politique monétaire de la Fed (FOMC) a noté que la croissance économique du pays s'était "quelque peu renforcée", mais aussi la persistance de "risques importants" qui menacent une reprise appelée, selon lui, à rester lente dans les trimestres à venir.

Malgré l'amélioration de la conjoncture, les indicateurs récents témoignent "d'une faiblesse persistante de la conjoncture d'ensemble sur le marché du travail", indique le FOMC, à l'issue d'une réunion de deux jours à Washington.

Selon le Comité, la croissance de la première économie mondiale devrait continuer à un "rythme modéré" dans les trimestres à venir et le chômage de masse, qui frappe le pays depuis plus de deux ans, ne devrait donc baisser que "graduellement".

Pas de menace inflationniste

Le FOMC ne perçoit pas de menace sur le front de l'inflation et répète que la Fed compte maintenir son taux directeur quasi nul en vigueur depuis décembre 2008 "jusque mi-2013" si nécessaire.

Il confirme par ailleurs ses mesures annoncées en septembre, destinées à faire baisser un peu plus, jusqu'à la fin du mois de juin, les taux d'intérêt à long terme, notamment hypothécaires, en jouant sur la composition du portefeuille de titres financiers de la banque centrale américaine.

Les mesures du FOMC ont été adoptées à l'unanimité des votants moins une voix, celle de Charles Evans, président de l'antenne de la banque centrale à Chicago. Selon le communiqué du Comité, M. Evans aurait voulu voir la Fed assouplir davantage sa politique monétaire.

ATS