Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le président Barack Obama a annoncé lundi avoir accepté à regret la démission du secrétaire général de la Maison Blanche William Daley. Il a nommé l'actuel directeur du budget Jack Lew à ce poste stratégique de l'exécutif américain.

"Cette nouvelle ne m'a pas fait plaisir", a confessé M. Obama lors d'une courte intervention devant la presse à la Maison Blanche. Flanqué de MM. Lew et Daley, il a souligné que ce dernier voulait passer plus de temps avec sa famille à Chicago (Illinois, nord). M. Daley, 63 ans, n'aura passé qu'un peu plus d'un an à son poste.

Ancien secrétaire au Commerce de Bill Clinton, M. Daley est issu d'une puissante dynastie politique de Chicago. Son frère aîné Richard Daley a été pendant 22 ans le maire de la grande ville de l'Illinois, et leur père, également prénommé Richard, en fut l'édile de 1955 à sa mort en 1976.

Lien avec Wall Street

Membre des instances dirigeantes de la banque d'affaires JP Morgan Chase, M. Daley avait été présenté comme quelqu'un qui contribuerait à amender les relations difficiles entre la Maison Blanche démocrate et Wall Street.

Sa nomination avait également été vue comme une adaptation de la présidence à la nouvelle donne au Congrès, où les républicains avaient acquis une position de force après les élections partielles de la fin 2010.

Travail salué

M. Obama a salué le travail de M. Daley, citant le raid contre Oussama ben Laden au Pakistan, la fin de l'engagement américain en Irak et la participation à l'opération militaire contre le régime du dirigeant libyen Mouammar Kadhafi.

"Personne dans mon administration n'a dû prendre plus vite des décisions plus importantes que Bill. Et c'est la raison pour laquelle je pense que (sa) décision a été difficile pour moi", a encore dit M. Obama.

Le secrétaire général est traditionnellement le collaborateur le plus proche du président, et règne sur l'aile ouest de la Maison Blanche, centre nerveux de l'exécutif américain.

ATS