Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La robe portée en 1933 par Eleanor Roosevelt lors du bal d'investiture à la présidence de son époux était en crêpe de soie ardoise, celle de Michelle Obama en soie blanche et perles de cristal. Depuis samedi, le musée de l'Histoire américaine à Washington expose au total 26 robes prestigieuses.

Le clou de l'exposition est constitué entre autres du bustier de dentelle de Julia Grant en 1869, un ensemble de velours bordeaux de Caroline Harrison en 1889, un fourreau de satin blanc et dentelle de Nancy Reagan en 1981. Toutes ces robes ont été portées par les épouses des présidents lors des bals d'investiture qui suivent officiellement les prestations de serment à Washington.

"C'est la robe de leurs débuts, celle qui va rester dans la mémoire des gens", selon la commissaire de l'exposition Lisa Kathleen Graddy. Celle-ci précise que depuis un siècle, il est de tradition que les robes soient données, pour l'histoire, au musée.

Résiste au temps

Michael Faircloth, couturier de Laura Bush, est venu voir les différences au musée. "C'est pour cela que Laura Bush a porté en 2001 une robe rouge", c'était une première. Lady Bird Johnson, qui connaissait la collection, a voulu en 1965 une robe "dans une matière qui résisterait au temps", ajoute Mme Graddy.

Les robes de gala pouvaient également servir le pays. Lou Hoover, réputée pour son élégance, portait par exemple en 1929 une robe du soir en coton pour promouvoir l'industrie textile américaine.

"Représente la nation"

"Chaque Première dame recrée l'emploi à son image, pour s'adapter au président et aux besoins de l'Amérique. Mais il y a une constante, elle représente la nation, sur place et à l'étranger, et le gouvernement de son mari. Elle est une extension de son équipe", poursuit la conservatrice.

Outre ces robes, le musée de l'Histoire américaine expose encore plus de 160 objets, parmi lesquels des portraits, de l'argenterie ou de la vaisselle ayant appartenu aux "Premières dames".

ATS