Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Des élèves d'un lycée de Cincinnati (Ohio) sont depuis lundi payés pour aller en classe, à l'heure et dans la discipline. L'initiative a été lancée pour la bonne cause, afin de faire baisser le taux d'absentéisme élevé dans leur quartier défavorisé.

"Nous avons des élèves qui ont de mauvais résultats scolaires et peu de chances d'obtenir leur diplôme", a indiqué Ken Furrier qui dirige la Dohn Community High School, une "charter school", école publique bénéficiant d'une grande autonomie dans sa gestion.

"Nous voulons les remettre sur les rails pour qu'ils puissent obtenir leur diplôme", ajoute-t-il. Le directeur évoque une population scolaire où neuf élèves sur dix sont pauvres, où un seul sur cinq vit avec ses deux parents, où certains travaillent à temps partiel, et où plusieurs jeunes filles sont déjà mères.

"Pour les jeunes des cités, aller à l'école n'est pas une priorité", dit-il, expliquant que nombre de ses élèves viennent épisodiquement. Ils ne peuvent par conséquent pas comprendre le programme quand ils assistent au cours et sont encore plus découragés de revenir.

Entre 10 et 25 dollars

Dans ce contexte, un programme expérimental d'incitation à aller en cours, fort d'un budget de 40'000 dollars issu de fonds privés, a été mis en place: chaque semaine, à condition qu'il vienne tous les jours, qu'il arrive à l'heure et qu'il ne perturbe pas la classe, un jeune (autour de 14 ans) recevra 10 dollars, un plus âgé (autour de 16 ans) 25 dollars. Cinq dollars de plus seront déposés par le lycée sur un compte épargne.

L'établissement compte 170 élèves et son taux de présence est de 77% quand l'Etat de l'Ohio chiffre ses recommandations à 94%, dit le responsable. Quelque 14% des élèves ont en outre eu leur diplôme de fin de cycle l'année dernière.

Lundi, 5% de plus des élèves étaient en cours. "Si c'est 8% la semaine prochaine, puis 10%, cela signifie que nous allons dans la bonne direction", espère M. Furrier.

ATS