Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Un Marocain soupçonné d'avoir voulu perpétrer un attentat suicide contre le Congrès à Washington, a été arrêté vendredi alors qu'il était sous filature du FBI. L'homme de 29 ans était muni d'une bombe qu'il croyait prête à exploser.

Le suspect, un immigré marocain vivant illégalement aux Etats-Unis, était muni d'une arme automatique et d'une veste contenant des explosifs qu'il pensait être en état de fonctionnement mais "à la fois l'arme et la bombe avaient été rendus inutilisables par les forces de l'ordre et ne constituaient pas une menace pour la population", a indiqué le ministère américain de la Justice.

Cet habitant d'Alexandria, dans la banlieue de Washington, a été interpellé dans un parking près du Capitole, le siège du Congrès, où "il avait l'intention d'abattre des gens et de faire exploser la bombe", a ajouté le ministère. Le président Barack Obama avait été informé jeudi du projet d'arrestation, selon la Maison blanche.

Il croyait travailler avec Al-Qaïda

Quelques heures après son interpellation, le Marocain a été inculpé de "tentative d'utilisation d'arme de destruction massive contre la propriété des Etats-Unis". Il encourt la prison à perpétuité.

L'homme "cherchait à se faire exploser dans le bâtiment du Capitole", a affirmé le procureur fédéral. Il "croyait qu'il travaillait avec Al-Qaïda et avait conçu lui-même le projet, les cibles et les méthodes".

Attaques en recrudescence

Le FBI, la police fédérale américaine, a indiqué que le suspect était sous sa filature depuis des mois. Selon l'acte d'accusation, l'homme a été signalé aux autorités en janvier 2011 et, cherchant à "être associé à un groupe extrémiste armé", avait été présenté en décembre 2011 à un agent du FBI qu'il croyait être membre d'Al-Qaïda.

Une sénatrice, membre de la commission sur la Sécurité nationale du Sénat, a déploré "une recrudescence importante" de ce type d'attaques: 36 projets menés par des Américains ou des résidents permanents aux Etats-Unis ont été déjoués de mai 2009 à février 2012, contre 21 entre 2001 et 2009.

ATS