Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La dernière livraison du sondage quotidien Reuters/Ipsos révèle que Barack Obama est repassé samedi en tête des intentions de vote à deux mois de la présidentielle américaine. Il recueille 44% contre 43% pour Mitt Romney. Mais un autre sondage est favorable au républicain.

Le sondage Reuters/Ipsos a été réalisé sur internet auprès d'un échantillon de 1505 Américains. La veille, la précédente étude quotidienne donnait pourtant encore Mitt Romney en tête avec un point d'avance sur le président démocrate. Jeudi, alors qu'il venait de prononcer son discours d'investiture, l'ex-gouverneur du Massachusetts était même crédité de deux points d'avance sur Obama.

Mais selon un autre sondage également publié samedi, avec 47% d'opinions favorables au niveau national contre 44% à Obama, Mitt Romney aurait pris un léger avantage dans l'opinion publique, selon l'Institut Rasmussen.

Obama contre-attaque

Samedi, les deux candidats ont poursuivi leur campagne dans des Etats décisifs pour la présidentielle du 6 novembre.

Entamant dans la banlieue de Des Moines, la capitale de l'Iowa, dans le centre, une tournée qui doit l'emmener jusqu'à Charlotte, où débutera mardi la convention démocrate, Barack Obama a ironisé sur le raout républicain qui s'est achevé jeudi à Tampa, en Floride.

"Malgré tous les défis qui nous attendent dans ce siècle, ce qu'ils (les républicains, ndlr) nous ont donné à voir au cours de ces trois journées était très souvent un programme correspondant au siècle dernier", a lancé M. Obama.

Remplacer l'entraîneur

Mitt Romney a de son côté raillé une nouvelle fois le bilan de la présidence Obama en termes d'emplois en tenant une réunion publique à Cincinnati, dans l'Ohio, dans le nord des Etats-Unis.

"Une des promesses d'Obama était qu'il allait créer plus d'emplois, et aujourd'hui 23 millions de personnes sont au chômage, ou ont cessé de chercher un emploi ou sont sous-employés", a asséné Mitt Romney. "Si un entraîneur a un bilan de 0 victoire et 23 millions de défaites, il est temps de le remplacer", a-t-il poursuivi.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS