Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le conservateur Newt Gingrich, candidat à l'investiture républicaine pour la présidentielle américaine, bénéficiait vendredi d'un regain de popularité la veille d'une primaire-clé en Caroline du Sud. Celle-ci s'annonçait très serrée.

Longtemps en tête dans les sondages, le modéré Mitt Romney a vu ces derniers jours son avance sur son principal adversaire fondre à vue d'oeil, deux sondages publiés jeudi par le Public Policy Polling donnant même l'ex-président de la Chambre des représentants en tête devant l'ancien gouverneur du Massachusetts. Une victoire samedi de M. Gingrich chamboulerait totalement le processus des primaires tel qu'envisagé jusqu'à présent.

Les deux hommes, et leurs deux autres adversaires, le chrétien conservateur Rick Santorum et le représentant du Texas Ron Paul, un isolationniste favorable à la légalisation de la drogue, se sont rendus coup pour coup jeudi soir lors d'un débat télévisé en Caroline du Sud - le 17e depuis le début de la campagne pour les primaires républicaines.

"Couple libre"

La journée avait été auparavant marquée par le retrait de la course du gouverneur du Texas Rick Perry, qui s'est rangé derrière Newt Gingrich. Mais M. Gingrich a surtout dû répondre aux affirmations de son ex-épouse, qui a assuré à la télévision qu'il lui avait proposé de former un "couple libre", pour poursuivre sa relation avec sa maîtresse, devenue depuis sa troisième femme. "Cette histoire est fausse", a affirmé M. Gingrich.

Lors du débat, M. Romney, dont la fortune est estimée à plusieurs centaines de millions de dollars, a dû promettre qu'il publierait sa feuille d'impôts.

Le processus des primaires doit se poursuivre Etat par Etat jusqu'à l'été. Le vainqueur affrontera le sortant Barack Obama lors de la présidentielle du 6 novembre.

ATS