Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Washington - Le projet d'un petit groupe évangélique américain de brûler en public des exemplaires du Coran suscite beaucoup d'inquiétudes internationales. Si elle est menée à bien, la provocation pourrait tendre les relations des Etats-Unis avec les pays musulmans, ont averti gouvernements, religieux et ONG.
L'initiative du "Dove World Outreach Center" ("Centre colombe pour aider le monde"), dont le siège se trouve en Floride, est "source d'inquiétudes" et "place nos troupes en danger", a ainsi commenté la Maison Blanche, appuyant les craintes du général David Petraeus, commandant des forces internationales en Afghanistan.
"Je suis très inquiet des répercussions possibles", avait en effet réagi le haut gradé, considérant que cela servirait la propagande des talibans et renforcerait le sentiment antiaméricain dans le monde musulman.
Pour le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon, de tels actes ne peuvent être soutenus "par aucune religion". Et "si un tel acte odieux devait être accompli, cela renforcerait uniquement les arguments de ceux qui s'opposent à la paix et à la réconciliation en Afghanistan", a souligné le représentant spécial des Nations unies pour ce pays, Staffan de Mistura.
Le pasteur réaffirme son intention
D'autant que l'autodafé prévu par ces fondamentalistes chrétiens pour marquer l'anniversaire des attentats du 11-Septembre tombe à un moment sensible, les musulmans célébrant autour du 10 septembre la fin du ramadan.
Le pasteur américain à l'origine de l'initiative a réaffirmé son intention en dépit des risques que cela pourrait entraîner. Le but de l'opération est adresser une "mise en garde" aux "extrémistes" musulmans cherchant à exercer une influence sur les Etats-Unis, a expliqué Terry Jones à la chaîne CBS.
Le secrétaire général de l'Otan Anders Fogh Rasmussen, s'est lui aussi ému des éventuelles "conséquences néfastes sur la sécurité de nos troupes" en Afghanistan, où une manifestation, sans violences, avait réuni environ 200 hommes lundi à Kaboul, aux cris de "Mort à l'Amérique!" et de "Vive l'islam!".

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS