Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

A un mois du premier match de la Suisse à l'Euro 2016 en France, Vladimir Petkovic joue cartes sur table. Il espère que son équipe décrochera sa place en 8es de finale après deux rencontres déjà.

Le sélectionneur a dévoilé cet objectif lors d'une table ronde à Lugano. Les rendez-vous du 11 juin à Lens contre l'Albanie et du 15 juin à Paris face à la Roumanie revêtent donc une importance énorme pour Petkovic et ses hommes. "Si on se qualifie dès la fin du deuxième match, on pourra alors formuler de nouveaux objectifs et écrire l'histoire", a-t-il expliqué.

Obtenir son billet après les deux premières rencontres aurait en outre l'immense avantage que le troisième match du groupe A, à Lille contre la France (19 juin), ne serait alors plus décisif. Une telle hypothèse semble alléchante face à l'un des favoris du tournoi.

Le sélectionneur n'a pas dévoilé son ambition pour l'éventuelle suite de la compétition. "Il faudra se souvenir dans quelques années que nous avons fait du bon travail", s'est-il borné à dire.

Pour que la mission Euro 2016 soit couronnée de succès, la forme de chaque joueur sera évidemment importante, mais pas seulement. La concentration et l'investissement pertsonnel prendront une part prépondérante. "Chaque sélectionné devra oublier son club et s'investir à 100% dans le groupe. Le mental devra être au top", a expliqué Vladimir Petkovic.

Les récentes décevantes sorties en matches de préparation ne l'inquiètent pas outre mesure. "Notre équipe est faite pour la compétition. Elle est bonne quand il y a de l'enjeu. Et le moral vient avec les résultats". a-t-il encore dit.

ATS