Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les enfants prématurés risquent cinq fois plus de souffrir d'autisme que ceux nés avec un poids normal, selon une étude publiée lundi aux Etats-Unis. Les spécialistes conseillent un dépistage précoce.

L'étude a été effectuée sur 862 enfants, nés entre septembre 1984 et juillet 1987 dans le New Jersey (au nord-est des Etats-Unis) et pesant de 500 grammes à deux kilos à la naissance. Quelque 5% des enfants, suivis jusqu'à l'âge de 21 ans, souffraient d'autisme, contre 1% dans la population en général.

L'enquête, parue dans la revue médicale américaine "Pediatrics", a été menée par des chercheurs de l'Université de Pennsylvanie (au nord-est des Etats-Unis). "Cette nouvelle recherche laisse penser qu'un poids trop faible à la naissance pourrait être un facteur de risque d'autisme", explique la directrice du Centre de recherche sur l'autisme de l'Université de Pennsylvanie.

"Défi de santé publique"

"Alors que la survie des plus prématurés s'améliore, le nombre de ces enfants handicapés représente un défi grandissant de santé publique", a-t-elle encore souligné.

Elle recommande en outre aux parents d'un enfant prématuré de chercher à dépister très tôt ces symptômes. Selon la pédiatre, un dépistage précoce améliore les résultats sur le long terme et peut aider ces enfants autistes à l'école et à la maison.

ATS