Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Qui souhaite éliminer quelques ridules disgracieuses sur son visage peut s'adresser à l'Institut de neuroinformatique de l'EPFZ et de l'Université de Zurich. Des chercheurs y mènent une étude clinique sur les effets du Botox sur le cerveau et recrutent des volontaires. La participation est gratuite.

"Nous voulons savoir comment le cerveau perçoit le visage après une injection de Botox", a indiqué mardi à l'ats le responsable de l'étude Arko Ghosh, confirmant une information de "20 Minuten". Lors de l'expérience, les scientifiques mesurent avant et après l'injection la manière dont les nerfs du visage réagissent à de légers stimuli tactiles.

Après l'injection, certains muscles sont en effet paralysés et ne peuvent plus envoyer d'informations au cerveau.

Explosion de demandes

Ces travaux se déroulent à la clinique de chirurgie plastique de l'Hôpital universitaire de Zurich. Cinq personnes y ont déjà participé, vingt-cinq autres sont recherchées. Les premiers résultats seront disponibles d'ici la fin de l'année.

"Nous cherchons des personnes qui envisagent de toute manière un traitement au Botox", a précisé M. Ghosh. Ceux qui viennent seulement pour l'argent sont écartés. Suite à une récente annonce dans une newsletter zurichoise, les chercheurs sont submergés de demandes.

ATS