Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Berne - La Commission européenne ne soutient pas les reproches autrichiens envers la Suisse dans la crise de l'euro. Cette discussion concerne la zone euro et non des Etats tiers, a déclaré le porte-parole du commissaire aux Affaires économiques et monétaires.
"La Suisse est impliquée via le Fonds monétaire international", a précisé Amadeu Altafaj Tardio à Bruxelles. Il n'a pas souhaité commenter plus avant les récriminations autrichiennes.
Le torchon brûle depuis la semaine dernière entre Berne et Vienne autour de la crise de l'euro. Samedi, le chancelier autrichien Werner Faymann a accusé Berne de jouer les "pique-assiette" et exigé que la Confédération participe au sauvetage de l'euro.
M. Faymann se rangeait ainsi derrière les déclarations du chef du groupe social-démocrate au parlement, Josef Cap, qui avait reproché à la Suisse de ne pas participer au plan de sauvetage de l'euro. "Les opportunistes suisses me tapent sur les nerfs", avait déclaré M. Cap.
Dimanche, Micheline Calmy-Rey a répliqué dans la "NZZ am Sonntag". Ces reproches "sont faux" et montrent que l'Autriche ne connaît rien au rôle de notre pays au sein de la communauté internationale, selon la conseillère fédérale.
"En tant que membre du Fonds monétaire international, la Suisse participe au programme de stabilisation. En outre, la Banque nationale soutient l'euro à travers l'achat de devises", a ajouté la ministre des affaires étrangères.
Lundi, son homologue autrichien Michael Spindelegger a jugé "pas très heureuses" les déclarations de ses deux compatriotes. Mais on va "rectifier cela sur le parquet diplomatique", a-t-il ajouté.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS