Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Football - Malgré les titres, l'Espagne n'est pas rassasiée. Vicente Del Bosque, Iker Casillas et Xavi l'ont répété à la veille de disputer la finale de l'Euro 2012, dernière marche avant le triplé pour la Roja.
"Nous n'avons pas perdu notre esprit de compétiteurs", assure Del Bosque. Et ce même si "les circonstances sont différentes par rapport à 2008", concède un Casillas pour qui cet Euro s'inscrit dans la continuité, tandis que le précédent mettait fin à une longue période de disette. "Chaque finale est importante et c'est déjà une grande chance de pouvoir en disputer trois en quatre ans", ajoute Xavi.
Au petit jeu du "C'est toi le favori ; Non c'est toi", les Espagnols ont répondu aux Italiens très simplement. "Nous sommes tous d'accord pour dire que la présence de l'Italie en finale n'est pas une surprise, affirme Casillas. Je la remercie pour tous les compliments qu'elle nous adresse mais, elle aussi, est une grande équipe." Xavi insiste lui sur le fait que la Squadra "ne pratique plus le catenaccio mais aime le ballon" et que l'Espagne "sera à la peine".
Une analyse corroborée par Del Bosque, pour qui c'est du 50-50, et ce même quand un journaliste italien lui énumère dans une longue liste les contre-performances de la Nazionale avant l'Euro. "Vous portez décidément un regard bien négatif sur votre sélection en Italie..., taquine d'abord le sélectionneur. Je ne parle pas du passé, mais de ce tournoi, durant lequel l'Italie est montée en puissance."
Xavi ne changerait par ailleurs rien à ce qui s'est passé contre la Croatie lors de la dernière journée du groupe C - victoire 1-0 alors qu'un nul 2-2 aurait éliminé l'Italie quel que fût son résultat face à l'Irlande. "Nous avons fait notre travail, c'est tout! Je ne regrette rien et je ne regretterai rien même si l'on perd la finale."
Del Bosque n'a rien dévoilé de ses plans pour dimanche, notamment en ce qui concerne la position d'avant-centre qui est déjà revenue, pendant la compétition, à Fabregas, Torres et Negredo. "Nous jouerons à trois attaquants, c'est sûr, explique-t-il en souriant. Enfin, nous aurons trois joueurs avancés dont la mission sera premièrement offensive et non défensive..."

ATS