Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Football - L'Espagne a fait un triomphe à son équipe de football de légende, rentrée d'Ukraine après avoir écrasé l'Italie en finale de l'Euro 2012.
La "Roja" a réalisé le rêve de tout un pays en remportant un troisième titre consécutif, après l'Euro 2008 et le Mondial 2010.
La marée humaine en rouge et or - les couleurs nationales - a envahi dans la soirée les avenues du centre de Madrid malgré la chaleur étouffante. Dans la cacophonie des pétards, des cornes de brume et du hurlement des hauts-parleurs, les supporters ont attendu le bus à impériale qui devait transporter les joueurs à travers la ville.
Attroupés sur la place de Cibeles, certains profitaient des lances à eau des pompiers pour se rafraîchir. Parmis ceux-ci, Pilar, 34 ans, et Javier, 44 ans, ont fait quatre heures de voiture depuis Jaen, en Andalousie, pour acclamer leurs héros. Ils ont fait le voyage avec leur fille de 12 ans, qui porte les couleurs du drapeau espagnol peintes sur les joues.
"Nous sommes venus pour fêter ça avec eux car ils le méritent", a expliqué Pilar. "Et l'Espagne aussi le méritait, compte tenu de la situation qu'elle traverse", a renchéri Javier, en allusion à la crise économique qui frappe le pays.
Plus haut sur la Gran Via, la grande avenue commerciale du centre de la capitale où devait passer le bus, les barrières de protection tenaient la foule à l'écart, de nombreux petits drapeaux espagnols décorant les lampadaires.
Arrivé dès la mi-journée pour être sûr de garder une place en première ligne, José Abad, 33 ans, a attendu les joueurs avec une fausse coupe d'Europe en aluminium à ses pieds.
"Je suis au chômage et cela te libère un peu des tensions, cela t'évite de penser à si tu as du travail ou non", a expliqué José, ancien employé du secteur transport, sans emploi depuis mars.
Quelques heures plus tôt, Iker Casillas, le capitaine et gardien de but, en maillot rouge, levant au ciel le précieux trophée, était sorti le premier de l'avion qui venait de se poser sur l'aéroport de Madrid. Derrière lui suivait le sélectionneur national Vicente del Bosque et le reste de l'équipe.
"Nous sommes contents, heureux du succès que nous avons remporté", a lancé Casillas. "C'était difficile et nous y sommes parvenus".
"Je crois que nous avons mérité ce titre", a ajouté le milieu de terrain Xabi Alonso. "Nous sommes très heureux et avons très envie d'arriver et de partager avec tout le monde."
Puis les joueurs ont gagné le Palais de la Zarzuela pour être reçus en audience par le roi Juan Carlos. Avant la photo de famille sur les marches du palais, Juan Carlos a rendu hommage "au travail", "à l'engagement" des joueurs, avec une mention spéciale pour l'entraîneur del Bosque.
Les trois titres consécutifs remportés par l'équipe d'Espagne constituent un exploit sans précédent. Euphorique, la presse de lundi se répandait en superlatifs, louant "l'Espagne invincible" et soulignant aussi que la victoire tant attendue a offert au pays une parenthèse bienvenue, en pleine crise économique.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS