Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le FC Sion est bien parti pour passer l'hiver au chaud. Victorieux 1-0 à Bordeaux, les Sédunois ont pris une option sans doute décisive sur la qualification pour les 16es de finale de l'Europa League.

Acquise sur un but splendide de Léo Lacroix inscrit à la 21e minute, cette victoire, la deuxième en trois rencontres dans cette phase de poules, place les Valaisans dans une position idéale à mi-parcours: un rang de leader avec un avantage de quatre points sur Liverpool, tenu en échec (1-1) par Rubin Kazan à Anfield Road, et cinq sur le duo formé de Bordeaux et de Kazan.

Aussi inattendus soient-ils, les résultats du FC Sion sur la scène européenne ne doivent rien au hasard. Ils récompensent une implication totale dans une compétition que ses adversaires ont l'immense tort de délaisser quelque peu. Ils traduisent aussi la valeur d'une équipe qui possède une qualité rare, à savoir de sortir le grand jeu dans les grandes occasions. Au point de rendre presque fou un président qui se demande encore comment ses joueurs peuvent s'incliner à domicile devant le FC Vaduz.

A défaut d'être vraiment conquérant comme l'avait annoncé son entraîneur la veille, le FC Sion a su marier réalisme et concentration pour mener au score à la pause sans que personne ne puisse crier au hold-up. Face à un adversaire qui avait laissé son meilleur homme sur le banc - le demi tunisien Wahbi Khazri -, les Sédunois ont tout d'abord su faire le dos rond avant de frapper.

A la 21e minute, Fernandes récupérait à 20 mètres de la cage un ballon renvoyé des poings par Carrasso. Le cousin de Gelson décalait sur la droite Carlitos dont le centre était repris victorieusement par Lacroix. Le défenseur avait eu la bonne idée de rester dans la surface adverse après le coup franc de Ziegler qui avait initié cette action. Souvent décrié par ses sautes de concentration, le no 4 a réussi le geste parfait pour placer le FC Sion sur la bonne orbite.

Malgré une réelle emprise sur le jeu, les Girondins ne devaient menacer qu'une seule fois Vanins lors de cette première période sur une tête de Chantôme. A l'image de Pa Modou et de Salatic, dont on ne soulignera jamais assez le rôle crucial qu'il tient au coeur du jeu, les joueurs de Didier Tholot ont su répondre au défi physique imposé par l'adversaire. C'était l'une des clés de cette rencontre.

A la reprise, le FC Sion dégageait de plus en plus une sorte de force de tranquille comme si rien de fâcheux ne pouvait lui arriver. Parfaitement équilibrée avec un Edimilson Fernandes qui s'affirme de plus en plus, la formation de Didier Tholot parvenait même à gagner du terrain pour plonger encore davantage les Girondins dans les affres du doute. A l'heure de jeu, on comprenait parfaitement pourquoi Bordeaux était autant en souffrance en cet automne. Le projet de jeu présenté par les Girondins était d'une pauvreté absolue.

Conscient des lacunes de son équipe, Willy Sagnol lançait dans la bataille Khazri et l'international M21 Crivelli, un attaquant qui cherche en premier lieu à imposer sa puissance physique. Mais avec Lacroix, il a trouvé à qui parler. Comme Khazri d'ailleurs qui ne devait pas terminer le match en raison des deux cartons jaunes écopés à la 86e minute. Une bonne nouvelle de plus pour le FC Sion qui recevra Bordeaux le 5 novembre prochain. Les Français ne pourront pas aligner leur seul joueur capable actuellement de déstabliser les défenses adverses.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS