Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les deux clubs bernois qui disputeront jeudi les barrages aller de l'Europa League doivent absolument se changer les idées après un début d'exercice raté.

Les Young Boys reçoivent les Azéris du Qarabag Agdam (20h00) à la recherche de la confiance et d'un nouvel entraîneur tandis que le FC Thoune se déplacera chez le Sparta Prague (19h00) en tant que lanterne rouge de Super League.

L'enjeu sportif est simple pour les deux clubs: franchir ces barrages et rejoindre le FC Sion en phase de groupes de l'Europa League histoire de mettre un peu de beurre dans les épinards (environ 5 mio de francs pratiquement garantis) et d'engranger de l'expérience internationale, tout en se faisant un nom hors des frontières. L'enjeu psychologique l'est tout autant: mettre fin à un été pourri!

Cela vaut essentiellement pour YB, présenté comme le principal contradicteur du FC Bâle en Super League, ambitieux et argenté en conséquence. Or rien n'est allé dans le bon sens pour les joueurs de la capitale. Balayés par l'AS Monaco au 3e tour qualificatif de la Ligue des champions, les Bernois ne sont que cinquièmes du classement (une victoire, trois nuls et une défaite), à déjà neuf points du leader rhénan. Un départ manqué qui a coûté sa place à Uli Forte le 6 août et qui a provoqué le premier tremblement de terre de la Super League 2015/16.

Bien sûr, Thoune se verrait bien retrouver l'Europa League comme en 2013. Mais, après quatre défaites en cinq journées de championnat, la Coupe d'Europe est devenue le cadet des soucis du club de l'Oberland bernois. Ce déplacement en République tchèque tombe en ce sens assez mal puisque, dimanche, la venue de Vaduz à la Stockhorn-Arena ressemblera déjà un peu à un match de la peur.

Mais la mauvaise situation financière de Thoune impose de prendre ce barrage au sérieux, car le club ne peut pas se permettre de renoncer comme cela à plusieurs millions. S'il se qualifiait, "il n'y aurait plus de problème d'argent jusqu'au terme de la saison", assure le directeur sportif Andres Gerber. Ca aussi, ça compte...

ATS