Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le FC Bâle a réussi son entrée dans l'Europa League. Les Rhénans ont battu la Fiorentina 2-1, après avoir été menés. Ils ont renversé la situation en fin de match, alors qu'ils étaient à 11 contre 10.

Bjarnason (71e) et Elneny (79e), auteur d'une frappe terrible dans la lucarne, ont permis au FCB de jouer un mauvais tour à son ancien entraîneur Paulo Sousa. Pour sa part, son successeur Urs Fischer peut se targuer de ne toujours pas avoir perdu le moindre match cette saison.

Malgré la chaleur qui régnait en Toscane, le FC Bâle a été pris à froid. Dès la 3e, la Fiorentina ouvrait le score par Kalinic, qui profitait d'une mésentente fatale entre Vaclik et Suchy. Cette entame ratée choquait les visiteurs, qui peinaient terriblement à porter le danger dans le camp adverse. Pourtant, la Viola ne se montrait pas transcendante elle non plus, évoluant le plus souvent avec le frein à main.

Seul Breel Embolo semblait en mesure d'apporter un peu d'inspiration et de percussion dans les manoeuvres offensives du FCB. Le jeune attaquant était d'ailleurs visiblement ciblé par les joueurs italiens, à l'image d'un coup de coude de Roncaglia qui aurait mérité un carton rouge (36e).

A la reprise, Błaszczykowski tirait sur le poteau bâlois au terme d'un contre mené par le remplaçant Babacar (48e). Le FCB se retrouvait à onze contre dix dès la 65e après le carton rouge brandi contre le capitaine Rodriguez pour une intervention trop musclée sur Embolo, évidemment. C'était le tournant du match: les Rhénans capitalisaient peu après, grâce à une frappe déviée de Bjarnason (71e). Puis, c'était au tour d'Elneny de trouver la lucarne de Sepe sur un missile pris hors de la surface (79e).

L'autre match de ce groupe I s'est conclu sur un nul 0-0 entre Lech Poznan et Belenenses.

ATS