Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les craintes se sont vérifiées: il n'y aura guère que le FC Sion et le FC Bâle en phase de groupes de l'Europa League cet automne. Comme YB, Thoune est sorti au stade des barrages.

Mais, contrairement à son "grand frère" YB, le club de l'Oberland bernois a au moins apporté quelques points à son pays à l'indice UEFA en arrachant le match nul à domicile 3-3 contre le Sparta Prague (défaite 3-1 à l'aller). Si cette élimination n'a, en soi, rien de honteux, elle peut quand même être, au regard du début d'exercice de la formation de Ciriaco Sforza, lourde de conséquences.

En premier lieu pour le coach, arrivé cet été sur le banc thounois pour un bilan inquiétant: treize matches toutes compétitions confondues et seulement quatre victoires. S'il ne corrige pas le tir rapidement, l'ancien meneur de jeu de l'équipe de Suisse pourrait bien payer les pots cassés en étant le prochain entraîneur de Super League à être licencié.

Car cette élimination prive également le club d'une somme estimée à deux millions de francs. Une manne qui aurait permis au FC Thoune, désargenté et en proie à de réguliers et sérieux problèmes de trésorerie, de s'assurer un exercice financier bien plus serein.

Dockal (10e) et Husbauer (21e) se sont chargés de rapidement tuer dans l'oeuf les velléités bernoises. Thoune rêvait d'un retournement de situation comme il y a deux ans en barrage face au Partizan Belgrade (défaite 1-0 en Serbie et victoire 3-0 à la Stockhorn-Arena), mais Thoune s'est effondré d'entrée de jeu. Bien loin du match parfait qu'avait appelé de ses voeux Sforza la veille en conférence de presse.

Reste que les Bernois ont mouillé le maillot et sont parvenus à égaliser deux fois. Tout d'abord grâce à Nelson Ferreira (33e) et Ridge Munsy (50e), puis encore par Nelson Ferreira (81e), lequel a répondu au 3-2 de Costa (71e).

ATS