Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Un campement de 300 migrants était en cours d'évacuation mercredi près de Dunkerque, dans le nord de la France, apprend-on auprès de la police. Les policiers sont arrivés en nombre dans la matinée pour faire monter les migrants dans des bus vers des centres d'accueil.

La population du camp de Téteghem, installé il y a huit ans, s'est longtemps limitée à quelques dizaines de personnes. Mais comme à Calais, le nombre de ses occupants a considérablement augmenté au fil des derniers mois. Mercredi, le camp était occupé en majorité par des familles kurdes et irakiennes.

La tension y était vive depuis plusieurs semaines. Des incidents avaient éclaté fin octobre, des gendarmes étant pris à partie par des migrants qui leur avaient jeté des pierres.

La préfecture avait annoncé après ces incidents que la vocation du camp était d'être démantelé, contrairement à celui de Calais, distant d'une quarantaine de kilomètres, voué à recevoir plus de migrants.

La mairie de Téteghem avait évoqué des opérations de démantèlement pour le printemps 2016. Le maire Franck Dhersin (LR) a déjà à plusieurs reprises alerté sur la présence de passeurs autour de ce campement sauvage.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS