Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les 90 chevaux de l'éleveur maltraitant ses animaux ont été évacués mardi de la ferme de Hefenhofen (TG) pour être transférés au centre de compétence et de service vétérinaire de l'armée à Schönbühl (BE).

Office vétérinaire TG

(sda-ats)

Les 90 chevaux de l'éleveur maltraitant ses animaux à Hefenhofen (TG) ont été évacués mardi pour être transférés dans un centre militaire à Schönbühl (BE). Le transport a été effectué par sept camions spéciaux de l'armée.

L'opération a débuté en début d'après-midi, a indiqué l'Office vétérinaire du canton de Thurgovie. Les chevaux sont transférés dans le centre de compétence et de service vétérinaire de l'armée à Schönbühl. Un contrôle avant l'évacuation a montré que tous les chevaux peuvent être transportés sans problème.

Porcs, boeufs, moutons, chèvres et lamas

Les quelque 210 autres animaux de la ferme ont aussi été évacués le matin déjà avec l'appui de marchands d'animaux. Il s'agit d'une centaine de porcs, de 50 boeufs, d'une douzaine de moutons, de trois chèvres et de quelques lamas. Ces derniers seront placés dans une exploitation spécialisée qui doit encore être trouvée, a indiqué le vétérinaire cantonal Paul Witzig.

Lundi, la task force réunissant l'Office vétérinaire, la police cantonale, le procureur général et l'Office de l'agriculture a décidé d'agir: une grosse opération de police a été organisée.

Arrestation

L'éleveur âgé de 49 ans a été arrêté dans sa ferme. Il ne s'est pas opposé à son arrestation. Il s'est vu signifier une décision superprovisionnelle lui interdisant de détenir des animaux. Les animaux évacués mardi ne lui seront pas rendus, a assuré le vétérinaire cantonal.

La section thurgovienne de la Protection suisse des animaux dénonce depuis plusieurs décennies les violations de la loi sur la protection des animaux. "Le cas de Hefenhofen n'est pas unique", a déclaré à l'ats le président de la section Reinhold Zepf.

L'interdiction d'avoir des animaux n'est pas appliquée avec conséquence dans le canton de Thurgovie, estime-t-il. Sa section va lancer une initiative visant à mettre fin au mauvais fonctionnement de l'Office vétérinaire. "Nous étudions les possibilités légales à notre disposition", a indiqué Reinhold Zepf.

Reproches rejetés

Le conseiller d'Etat Walter Schönholzer rejette les reproches formulés dans le cas de l'éleveur de Hefenhofen, déjà plusieurs fois condamné pour mauvais traitements envers les animaux. "Nous ne sommes pas restés inactifs", a-t-il assuré lundi lors d'une conférence de presse. Au cours des neuf derniers mois, l'exploitation a été contrôlée à plusieurs reprises.

Aucun représentant de l'Office vétérinaire n'a toutefois pu y pénétrer sans escorte policière. A chaque contrôle, les fonctionnaires ont été insultés, menacés et entravés dans leur travail, plus particulièrement le vétérinaire cantonal, a expliqué le chef du département de l'intérieur et de l'économie.

L'affaire de maltraitance a été rendue publique jeudi dernier quand le Blick a publié des photos prises par une ancienne collaboratrice de l'éleveur. On y voit notamment un cheval mort et d'autres très amaigris. Selon l'ancienne collaboratrice, treize chevaux sont morts de faim dans l'exploitation ces derniers temps.

ATS