Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Des huissiers de justice ont évacué tôt mardi le camp installé il y a quatre mois par des manifestants anticapitalistes sur le parvis de la cathédrale St-Paul à Londres. Les "indignés" n'ont pas opposé de résistance durant cette opération.

Plusieurs dizaines de policiers ont été déployés aux alentours de la cathédrale, où une cinquantaine de tentes étaient encore dressées. La City of London Corporation, qui administre le quartier des affaires, avait lancé des procédures judiciaires pour faire évacuer les manifestants.

Mi-janvier, un juge avait ordonné le démantèlement du campement pour des raisons d'hygiène et de sécurité et afin de ne pas gêner l'accès à la cathédrale.

"Aujourd'hui le conseil municipal de Londres a commencé à appliquer le jugement de la Haute Cour de Londres autorisant le démantèlement des tentes et équipements devant St-Paul", indique un communiqué du conseil municipal.

Village alternatif

"On regrette d'en être arrivé là mais le jugement de la Haute Cour parle de lui-même et la cour d'appel a confirmé ce jugement", ajoute le communiqué. Les militants ont la possibilité de se tourner vers la Cour européenne de justice pour contester cette décision.

Organisé comme un village alternatif, le camp était installé depuis le 15 octobre devant St-Paul, un des hauts lieux du tourisme dans la capitale britannique, en plein coeur de la City, le quartier des affaires de Londres. Plusieurs dizaines de militants y campaient.

Le campement a accueilli jusqu'à 200 tentes dans la foulée du mouvement "Occupy Wall Street" lancé aux Etats-Unis contre les dérives du système financier. Il fait figure désormais de bastion des "indignés" après le démantèlement du camp de New York en novembre.

ATS