Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La conseillère fédérale Eveline Widmer-Schlumpf a suivi pendant une douzaine d'heures le travail des gardes-frontière et des douaniers de la région genevoise. La ministre des finances a même accompagné une patrouille sur le terrain, jusqu'aux petites heures du matin.

Mme Widmer-Schlumpf voulait se faire une idée précise des tâches accomplies par les gardes-frontière et le personnel de la douane civile et se rendre compte des moyens dont ils disposaient pour remplir leur mission, a indiqué vendredi le Département fédéral des finances (DFF) dans un communiqué.

La partie de la nuit passée dans la voiture d'une patrouille aura donné à la conseillère fédérale un bon aperçu du quotidien auquel sont confrontés les agents, écrit le DFF. Elle a ainsi assisté à plusieurs contrôles de véhicules et a pu entendre une série d'alertes à la radio pour des méfaits commis aussi bien en Suisse qu'en France.

Il y a eu pêle-mêle un "home-jacking" (vol d'une voiture avec violence au domicile du propriétaire) à Begnins (VD), un braquage d'un McDonald's à Annemasse (F), un "home-jacking" à Ville-la-Grand (F) et un cambriolage à Genève, a relevé le major John Bonnet, du Corps des gardes-frontière.

Déjà en juillet

Pour l'officier, il s'agissait d'une nuit "normale". Mme Widmer-Schlumpf avait déjà été voir sur place le travail des gardes-frontière genevois en juillet dernier, à l'occasion de la course d'école du Conseil fédéral. La ministre a aussi effectué dernièrement une visite de l'espace frontalier tessinois.

Le DFF a rappelé que la "région de Genève est particulièrement touchée par la contrebande et la criminalité transfrontalière". Face à cette situation particulière, la Confédération a envoyé des renforts en début d'année et ordonné en février le recrutement de 24 gardes-frontière supplémentaires.

ATS