Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La présidente de la Confédération Eveline Widmer-Schlumpf critique violemment les pratiques de certains Länder allemands. "Quand des hommes politiques se vantent d'acheter des CD illégaux, je me demande quelle est leur conception de l'Etat de droit", déclare-t-elle.

"Certains représentants des Länder semblent préférer la voie de la contrainte et de la peur plutôt que celle de la légalité avec un accord qui garantit la justice fiscale", poursuit-elle dans une interview à "24 Heures" et "La Tribune de Genève".

"Quand l'autodénonciation est érigée en système via l'intimidation, on est plus proche du crime organisé que de la perception fiscale. C'est inacceptable", dénonce encore la ministre des finances.

Il y a quelques jours, le chef du parti social-démocrate allemand (SPD), Sigmar Gabriel, a notamment reproché aux banques suisses de se comporter comme une "organisation criminelle". D'autres élus de Länder se sont dits prêts à acheter de nouveaux CD de données bancaires de clients allemands de banques suisses.

Critiqué à gauche et à droite

La Suisse a conclu avec l'Allemagne un accord fiscal visant à régulariser l'argent placé "au noir" en Suisse. Le texte a été ratifié par les Chambres fédérales. Mais le Bundesrat - la Chambre des Länder au Parlement allemand - doit encore se prononcer et pourrait dire non.

En Suisse, l'Action pour une Suisse indépendante et neutre (ASIN), les jeunes UDC, la ligue des contribuables, proche de l'UDC, et la Jeunesse socialiste combattent ce texte. Si le référendum aboutit, le peuple se prononcera le 25 novembre.

La ministre des finances estime que "quand une solution est fortement critiquée à gauche comme à droite, c'est sans doute que cette voie du centre n'est pas si fausse".

D'ici l'entrée en vigueur du texte - prévue le 1er janvier 2013 - est juridiquement impossible d'imposer aux Länder de renoncer aux achats de CD volés. Dans l'interview, Mme Widmer-Schlumpf émet des doutes quant à ces acquisitions, affirmant n'avoi "jamais eu la confirmation officielle" de tels achats.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS