Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'évolution favorable du marché du travail s'est poursuivie en Suisse au 2e trimestre 2012. Entre avril et juin, le nombre d'actifs occupés a crû en un an de 0,9% à 4,759 millions de personnes. Alors que la croissance a ralenti au regard du premier trimestre, le taux de chômage a légèrement progressé.

Si le nombre de travailleurs de nationalité suisse est demeuré inchangé à 3,402 millions de personnes, celui des salariés étrangers a lui continué de s'étoffer à 1,358 million d'individus, indique lundi l'Office fédéral de la statistique (OFS).

Toutes les catégories d'autorisation de séjour ont présenté une hausse, la plus forte revenant à celle des frontaliers (permis G) avec un bond de 5,6%.

Mieux que dans l'UE

Le nombre des salariés au bénéfice d'un titre de séjour avec Livret B ou L depuis 12 mois ou plus a pour sa part gagné 3,8%, alors que celui des employés disposant d'une autorisation de séjour avec Livret C a affiché une expansion de 1,6%. Ventilée selon les sexes, la hausse est ressortie à 1% pour les hommes et à 0,7% pour les femmes.

A titre de comparaison, le population active occupée dans les 27 pays de l'Union européenne (UE) a reculé dans le même temps de 0,2%, alors que celle au sein des 17 pays membres de la zone euro s'est réduite plus fortement, soit de 0,6%. Pour mémoire, le nombre de travailleurs avait progressé en Suisse de 2% durant les trois premiers mois de l'année.

Essor du travail à temps partiel

Le nombre de personnes travaillant à temps partiel a lui aussi poursuivi son essor, à 1,504 million (+41'000). Dans ce domaine toutefois, le rythme de croissance du 2e trimestre s'est révélé supérieur à celui affiché trois mois auparavant (+12'000 entre janvier et fin mars).

Il n'en reste pas moins que l'option du travail à temps partiel ne représente pas toujours un choix, le sous-emploi touchant 284'000 travailleurs au 2e trimestre, soit des personnes qui souhaitent en fait un taux d'occupation plus élevé sans le trouver. Le taux de sous-emploi a atteint 6,2%, contre 6,6% durant les trois premiers mois de l'année.

Entre avril et fin juin, le taux de chômage, selon la définition retenue par le Bureau international du travail (BIT), a très légèrement augmenté en Suisse, passant en l'espace d'une année de 3,6 à 3,7%.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS