Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le conseiller d'Etat libéral-radical Claude Roch ne briguera pas de nouveau mandat au gouvernement valaisan au printemps 2013. La course à sa succession est ainsi ouverte au PLR, qui désignera son ou ses candidats le 6 septembre prochain.

M. Roch a annoncé sa décision vendredi matin lors d'une conférence de presse sur les perspectives de fin de législature dans son département. Il aura ainsi dirigé le département de l'éducation, de la culture et des sports depuis son élection en 2001.

Les candidats du parti libéral-radical à sa succession ont jusqu'à fin août pour s'annoncer auprès du président du PLR valaisan Georges Tavernier, a précisé ce dernier à l'ats. L'assemblée générale du parti désignera ensuite le ou les candidats.

Sans surprise

L'annonce officielle du retrait de M. Roch ne constitue pas une surprise. En automne dernier déjà le conseiller national Jean-René Germanier avait annoncé qu'il ne briguerait pas la succession, alors conditionnelle, de M. Roch.

En Valais, plusieurs noms de candidats potentiels circulent depuis plusieurs mois. L'UDC Oskar Freysinger a déjà annoncé avant les élections fédérales qu'il serait candidat au conseil d'Etat valaisan. Et au PLR, les noms le plus souvent évoqués sont ceux de la présidente d'Ardon Lise Delaloye, du député au Grand Conseil René Constantin ou du commandant de la police cantonale Christian Varone.

Avant de terminer son mandat, M. Roch va mettre en route la réforme de la loi sur l'école primaire. Récemment il avait annoncé la création de chaires de l'EPFL en Valais dans les prochaines années. Georges Tavernier qualifie de "très bon" le travail de M. Roch à la tête de son département, "même si certains lui reprochent son manque de charisme".

ATS