Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Trois des 14 exécutions effectuées aux Etats-Unis cette année ont utilisé du midazolam, mais le médicament a fait l'objet de multiples recours en justice (photo d'illustration).

KEYSTONE/AP Nevada Department of Corrections

(sda-ats)

Un Américain reconnu coupable du viol et du meurtre d'une enfant a été exécuté jeudi dans le Tennessee à l'aide d'un cocktail létal controversé. La Cour suprême a rejeté un recours de ses avocats.

Il s'agit de la première exécution dans cet Etat du sud des Etats-Unis depuis 2009. "Je voudrais juste dire que je suis vraiment désolé. Et c'est... c'est tout", a dit Billy Ray Irick, 59 ans, avant de se voir administrer l'injection mortelle à Nashville.

Il avait été condamné en 1986 pour le viol et le meurtre d'une enfant de sept ans, Paula Dyer. Ses avocats avaient plaidé un passif de grave maladie mentale.

Dans une requête devant la Cour suprême, les avocats ont contesté le protocole d'injection létale, qui contient le puissant sédatif controversé midazolam. La Cour a rejeté la demande. Mais une magistrate de la haute cour, Sonia Sotomayor, s'est demandée si l'exécution n'équivaudrait pas à de la "barbarie".

"Nous avons accepté la barbarie"

"Les experts médicaux ont minutieusement expliqué comment le cocktail de trois médicaments que le Tennessee prévoit d'injecter dans les veines d'Irick lui fera ressentir des sensations de noyade, de suffocation et de vive brûlure de l'intérieur", a écrit Mme Sotomayor.

"Si la loi permet que cette exécution se fasse malgré les horribles dernières minutes qu'Irick pourrait bien vivre, alors nous avons cessé d'être une nation civilisée et nous avons accepté la barbarie". Trois des 14 exécutions effectuées aux Etats-Unis cette année ont utilisé du midazolam, selon le Death Penalty Information Center.

Mais le médicament a fait l'objet de multiples recours en justice. L'Ohio avait suspendu les exécutions en 2014 après celle, ayant utilisé du midazolam, de Dennis McGuire, décédé après 25 longues minutes qui l'avaient vu suffoquer et se débattre.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS